- - -

11 dic. 2008

Histoire des Andalous en Tunisie

Slimane Mostafa Zbaiss

L’Histoire des Andalous en Tunisie commence à partir d’une date clé 1492, avec la chute de Grenade et le début de l’émigration andalouse vers, notamment, le Nord de l’Afrique. Cependant, cette immigration a duré deux siècles avant l’expulsion totale de tous les Morisques de la péninsule ibérique en 1610.
Avec la défaite des Nasrides en janvier 1492, qui a marqué la fin du règne musulman en Espagne et la capitulation de Grenade, une forte minorité de Morisques n’a pas immédiatement émigré mais a préféré rester en sa terre natale, surtout que les Musulmans d’Espagne ont eu des promesses, de par le texte même du traité de capitulation de Grenade, pour le respect de leurs pratiques religieuses et la sauvegarde de leurs personnes et biens. Pourtant, vers le début du XVI ème siècle, c’est à dire quelques années seulement après, aucune de toutes ses promesses n’a été respectée et commença alors, une rigoureuse politique d’assimilation et de christianisation, menée par les autorités espagnoles et guidée par l’Eglise.
Cette politique a été fortement rejetée par la communauté morisque qui a manifesté sa colère par des révoltes violemment réprimées et, dans la plupart des cas, par une résistance passive et clandestine.
D’ailleurs, la première révolte en date était celle de 1502, à l’Andalousie Orientale, qui a provoqué la promulgation, le 12 février de la même année, d’une ordonnance royale imposant aux Musulmans de la Couronne de la Castille de choisir entre l’émigration ou la conversion.
Cette ordonnance a marqué le début de la répression, avec l’imposition de la conversion forcée aux Mudéjares de Valence et de l’Aragon, suivie, en 1566, d’une série de mesures vexatoires contre les Morisques, touchant leur langue, leurs costumes et leur mode de vie.
Ces mesures ont engendré le déclenchement de la Grande Révolte d’Alpujarras, en 1568-1570, des Morisques de Grenade. La réaction du pouvoir politique espagnol ne se faisait pas attendre, les musulmans furent expulsés de Grenade et redistribués en Castille.
Devant l’attachement des morisques à leur culture, religion et traditions et l’échec relatif de la politique de christianisation menée par l’Eglise, le sentiment de la nécessité de finir définitivement avec le problème morisque s’est accru chez l’Etat espagnol. La décision ne tarda pas à être prise, en 1609, par Philippe III qui, cédant aux incitations des archevêques de Valence et de Tolède, a ordonné l’expulsion définitive des Morisques de toute l’Espagne, en vertu du décret du 22 septembre 1609.
Commença ainsi une émigration massive de centaines de milliers d’Andalous, au cours de cette année et durant les années qui allaient suivre, vers les ports de la Méditerranée. L’essentiel de ce transfert humain se dirigea vers le Maghreb, particulièrement vers la Tunisie qui a accueilli le plus grand nombre de Morisques, grâce à une politique favorable de la part des Ottomans, déteneurs du pouvoir à l’époque.
Il faut signaler que les premiers immigrés andalous sont venus en terre d’Ifriqiya dès le XIIIè siècle et qu'ils sont pour la plupart des Sévillans qui ont choisi de s’installer à Tunis, grâce aux relations intimes maintenues entre Séville et l’hafside Zakariyâ qui était souverain sur l’Andalousie Occidentale. Ces premiers venus ont été privilégiés par le pouvoir hafside, vu leur haut niveau culturel et social. Ils étaient « des distingués poètes, des brillants secrétaires, des savants renommés, des princes et des valeureux guerriers » qui ont occupé d’importantes charges politiques et administratives au sein du royaume tunisien.
Contrairement à cette vague « d’élite », les autres vagues d’immigration étaient essentiellement constituées d’agriculteurs et d’artisans qui ont choisi plutôt de s’installer dans les régions de l’intérieur du pays, surtout dans le Nord de la Tunisie. Cette installation a été encouragée par les autorités turques, à travers d’attractives concessions de terres et de dons, outre les exonérations fiscales.
Ainsi les Morisques occupèrent les villes et les villages du Cap Bon (Hammam-Lif, Soliman, Grombalia, Turki, Belli, Nianou et Zaghouan), de la Vallée de la Medjerda (Sloughia, Medjez el Bab, Grich el Oued, Tébourba, Djedeida et Guelaat Al Andlouss) et de la région de Bizerte (Ausdja, El Alia, Metline, Ras El Djebel, Porto Farina, Menzel Djemil, Mateur et Bizerte). Les Andalous ont même construit leurs propres villes, tel est le cas de Testour, ville typiquement andalouse.
Ces nouveaux éléments, intégrés dans la société tunisienne, ont marqué, dès leur arrivée, les villes où ils se sont installés et ont imprégné de leur culture la société locale.
Braves agriculteurs qui introdusirent des nouveaux instruments d’agriculture et des nouvelles procédures (ex : nouvelles méthodes d’irrigation à travers la « Noria » et les moulins à eau et à vent), voire même des nouvelles espèces (cultures d’arbres fruitiers, légumes, vignes...) ; artisans habiles qui introduisirent l’industrie de la « chéchia », celle de la soie (les vers de soie étaient élevés dans la région de la Harayriya, près de Tunis, une culture qui a été également introduite par les Andalous), la production des tuiles, briques et faïences ; gens raffinés et distingués de part leurs habits, langue (l’espagnol et le catalan étaient pratiqués dans plusieurs villes tunisiennes à présence andalouse) et même par leurs aspects physiques (teint et yeux clairs) et morales (individualité, fierté parfois excessive de leurs origines, goût pour le luxe etc), les Morisques ont été d’un apport considérable pour la Tunisie.
Leur influence se sent aussi dans le domaine de la cuisine, introduisant des plats spécifiques comme les « Banadhej » et les « Kisseles », dans le domaine de la musique grâce au Malouf (musique typique aux origines hispano-andalouses) et dans le domaine de l’architecture, comme témoignent certains monuments édifiés par les Andalous comme les mosquées (on cite ici la célèbre et prestigieuse Grande Mosquée de Testour), avec leurs minarets similaires aux tours des cloches des églises espagnoles, et les maisons avec des toits en tuiles, qui ne différent pas des habitations en Espagne.Bref, l'immigration morisque a représenté un facteur d’évolution pour la Tunisie et pour tout le Maghreb. Aujourd’hui, malheureusement, il ne reste que quelques familles andalouses dans le pays qui sont reconnaissables grâce à leurs noms d’origine espagnole comme Zbiss, Merkikou, Merichkou, Marco, Bantor, Al Hendîlî, Zghounda, Chelbi, etc.

0 commentaires :

Publicar un comentario

Libros

__

Statistics

free counters

License

Licence Creative Commons Los Moriscos De Túnez de http://moriscostunez.blogspot.com est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 3.0 non transposé.

NB: Los trabajos son responsabilidad de los autores y su contenido no representa necesariamente la opinión de Los Moriscos De Túnez--- المواد المنشورة لا تعبر بالضرورة عن رأي الموريسكيون في تونس

Copyright © Los Moriscos De Túnez الموريسكيون في تونس | Powered by Blogger

Design by Anders Noren | Blogger Theme by NewBloggerThemes.com